Types de communautés

Développement professionnel Par 20 juillet 2013 Aucun commentaire

Dans le cadre de mon projet de recherche, j’ai beaucoup lu sur les communautés et j’ai regroupé les définitions des différents auteurs. Je les place ici et vous invite à les commenter!

Communauté d’intérêt

La communauté d’intérêt est un regroupement d’individus autour d’un sujet commun dans lequel est réalisé un échange d’informations menant à la construction de connaissances en vue d’un usage individuel (Daele et Charlier, 2006). Ce type de communautés est caractérisé par l’accès, la consultation et le retrait de l’information, l’engagement individuel, l’absence de processus de résolution de problème collectif, la participation, l’échange, l’interaction, la communication limitée, etc. (Gagnon, 2003). Les objectifs poursuivis ne sont pas de nature collective (Nault, 2005) et il n’y a pas de but commun d’apprentissage (Campos et Laferrière, 2002).

Partager :

Nouveau mot du jour : heutagogy

Développement professionnel Par 3 juin 2013 Aucun commentaire

Le (beau) problème avec la revue de la littérature, c’est que plus tu lis, plus tu en as à lire. Chaque article, chaque rapport, amène un lot de nouvelles références… C’est comme ça que ce matin, en pleine lecture d’un super article, je suis tombée sur un mot jusqu’ici inconnu : heutagogy. Wikipédia réfère au texte de Stewart Hase et Chris Kenyon (2000) pour préciser le concept :

Heutagogy places specific emphasis on learning how to learndouble loop learninguniversal learning opportunitiesa non-linear process, and true learner self-direction. So, for example, whereas andragogy focuses on the best ways for people to learn, heutagogy also requires that educational initiatives include the improvement of people’s actual learning skills themselves, learning how to learn as well as just learning a given subject itself. Similarly, whereas andragogy focuses on structured education, in heutagogy all learning contexts, both formal and informal, are considered.

Partager :

Le point sur les communautés

Développement professionnel Par 28 mai 2013 Aucun commentaire

Je le dis depuis longtemps, mais cette fois c’est appuyé d’une référence : « le mot communauté a perdu son sens » (Grossman, Wineburg et Woolworth, 2001). Daele (2004) mentionne que le concept de « communauté » devrait être utilisé de façon plus parcimonieuse: une communauté n’est pas un regroupement, ni un réseau, ni un groupe… De même, ce n’est pas parce qu’une liste de discussion par courrier électronique est mise en place qu’une communauté se crée automatiquement (Grossman, Wiileburg et Woolworth, 2001). J’aurais envie de faire la liste de tout ce qui est appelé « communauté » sans en être une (le fait de liker la page de Coca-Cola ne fait pas de vous un membre de la communauté des fans de Coca-Cola…), mais je vais plutôt me lancer sur ce que c’est. J’envisage tout de même une section « ceci n’est pas une communauté » dans mon prochain rapport de recherche!

Partager :

Les types de portfolio

Éducation Par 19 février 2013 Aucun commentaire

Les enseignants du département de Tourisme, dans le contexte du récent renouvellement de leur maquette de cours, ont voulu en savoir plus sur les différents types de portfolio.

À leur demande, nous avons passé environ deux heures à réfléchir au portfolio: les différents types de portfolio (d’évaluation, de cheminement, de présentation) et aux questions à se poser avant de se lancer dans l’aventure. Voici le visuel qui a guidé nos réflexions:

Partager :

L’apprentissage visible selon Hattie

Éducation Par 3 janvier 2013 Aucun commentaire

Visible Learning

J’ai (enfin) pris le temps de lire le livre de John Hattie, Visible Learning: a synthesis of over 800 meta-analyses relating to achievement (paru en 2009), disponible à la bibliothèque du Cégep. Le livre est une synthèse de plus de 800 méta-analyses portant sur la réussite scolaire. Le portrait est global, appuyé et met le doigt sur la profession enseignante et le système scolaire avec une objectivité étonnante et parfois même déconcertante.

Le regard posé est systématique. Hattie invite les intervenants en éducation à recueillir des données sur leurs façons de faire, puis à se demander : qu’est-ce qui fonctionne le mieux, pourquoi ça fonctionne, pour qui ça ne fonctionne pas?

Partager :