Objectifs

L’objectif général de cette recherche est de produire des grilles transférables que les enseignants du milieu collégial pourront utiliser afin de faciliter l’intégration pédagogique des outils du web social dans le cadre d’activités d’apprentissage. La première étape de la démarche a été de documenter les initiatives en place afin de recenser les méthodes d’évaluation utilisées par les enseignants lorsqu’ils demandent à leurs étudiants de réaliser des productions issues de l’utilisation de blogues, de microblogues et de wiki. La première question à laquelle il fallait répondre était : « Quels sont les outils utilisés par les enseignants pour évaluer des productions issues des outils du web 2.0? »

Les objectifs qui sont à la base de cette recherche sont de nature diverse et concernent tant les enseignants que les étudiants.

  • Pour les enseignants : accès à des grilles transférables pouvant être appliquées à différentes activités d’apprentissage

Rendre plus formel le processus d’évaluation des productions que les étudiants réalisent en utilisant des outils du web social pourra rendre plus accessible aux enseignants l’initiation d’une démarche d’intégration pédagogique des TIC. Ils pourront  éventuellement utiliser les outils d’évaluation proposés comme un modèle duquel ils pourront tirer les critères qu’ils jugent les plus pertinents, et auquel ils pourront joindre des critères évaluant l’objet d’apprentissage et les éléments de compétences qu’ils souhaitent voir acquis par leurs étudiants.

  • Pour les enseignants : accès à une expertise développée par des enseignants du réseau collégial pour faire évoluer les pratiques pédagogiques

Les enseignants qui ont partagé leurs expériences en matière d’intégration d’outils du web social dans le cadre d’activités d’apprentissage et en matière d’évaluation ont développé, au fil du temps et des projets, une expertise pertinente pour l’ensemble du réseau collégial. Leurs témoignages, diffusés notamment dans le cadre de récits sur le site de Profweb, sont précieux pour les autres acteurs du milieu. Ils y racontent les résultats concluants qu’ils ont obtenus, les difficultés qu’ils ont rencontrées et les solutions trouvées pour les surmonter. En misant sur les conclusions auxquelles sont arrivés certains enseignants, il est possible de construire sur des bases solides servant de levier pour faire évoluer les pratiques pédagogiques.

  • Pour les étudiants : accès à une évaluation cohérente, valide et fiable

L’élaboration de critères permettant de mesurer la qualité des apprentissages en lien avec la production de travaux utilisant le web social permettra aux enseignants de fournir aux étudiants des rétroactions tant sur la démarche dans laquelle ils se sont engagés que sur le produit final présenté, améliorant ainsi la cohérence entre le processus, le produit et l’évaluation.

De plus, comme le fait de rendre plus formels certains critères pourra faire l’objet de décisions concertées dans une optique d’approche programme,  les étudiants pourraient bénéficier d’une évaluation similaire d’un cours à un autre, d’une session à une autre.

  • Pour les étudiants : accès à des situations d’apprentissage authentiques qui intègrent l’éducation aux médias et des rétroactions sur ces apprentissages

Les compétences dites « du 21e siècle » comprennent notamment des compétences de communication, de collaboration et de littératie1 numérique. Elles visent à préparer les étudiants au marché du travail et aux réalités auxquelles ils devront faire face. L’UNESCO (2010) mentionne que ces compétences intègrent, entre autres, des habiletés reliées à l’utilisation des TIC, à la résolution de problèmes, à la recherche, à l’organisation et à la présentation d’information, etc. En leur demandant de réaliser des productions à l’aide d’outils du web social, on fournit aux étudiants des situations authentiques dans lesquelles ils auront à mobiliser leurs connaissances, leurs habiletés et leurs attitudes afin de comprendre une situation, analyser des faits, créer du contenu, etc. En évaluant le processus et le résultat, que ce soit de façon formelle ou informelle, on s’assure d’une plus grande cohérence l’évaluation.

En outre, la réalisation de productions à l’aide d’outils du web social introduit inévitablement la question de l’éducation aux médias, particulièrement en ce qui concerne l’identité numérique2 et la propriété intellectuelle. Bien que ce soient des enjeux importants en éducation, les initiatives visant à traiter de ces sujets en classe demeurent rares. L’évaluation de ce type de productions pourra inclure ces aspects, rendant ainsi plus explicites les notions avec lesquelles les étudiants devraient être familiers.

Dans un document du REFAD portant sur les pratiques et défis de l’évaluation en ligne, Audet (2011, p. 82-83) l’auteure dresse un inventaire des principaux avantages cités dans la littérature. On y trouve :

  • la diversité des évaluations possibles et des compétences évaluées
  • l’amélioration de la rétroaction
  • l’emploi d’évaluations plus authentiques
  • la motivation des apprenants
  • la réutilisation
  • la flexibilité et l’accessibilité pour l’étudiant et l’enseignant
  • la maitrise des technologies
  • un apprentissage progressif
  • l’apprentissage par l’évaluation

Ce sont des avantages liés à l’évaluation en ligne; cela inclut les questionnaires automatisés, des simulations, des activités réalisées en ligne (forum, wiki, portfolio, etc.), l’analyse et la correction de textes, etc. En ce qui concerne les avantages reliés à la production de grilles d’évaluation transférables spécifiquement conçues pour les activités réalisées sur des outils du web social, retenons l’amélioration de la rétroaction, l’emploi d’évaluations plus authentiques, la réutilisation et l’apprentissage progressif.

L’auteure souligne aussi, comme principaux avantages aux activités d’évaluation alternatives sur le web, l’ouverture sur le monde, l’interaction en ligne et la possibilité d’évaluer de nouvelles compétences ou d’intégrer d’autres critères d’évaluation.

1 L’OCDE (2000, p. x) a défini la littératie comme étant l’« aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités ».

2 « L’identité numérique représente une collection de traces laissées consciemment ou inconsciemment sur Internet. Ces données et informations peuvent être des coordonnées, des photos, des vidéos, des opinions, etc. Cet ensemble de traces peut être retrouvé par les moteurs de recherche et fournir des informations qui permettent d’en connaître beaucoup sur une personne, sans même l’avoir rencontrée, ce qui serait pratiquement impossible à faire sans les technologies. À partir de ces renseignements, il est également possible de déduire d’autres informations telles que les relations que cette personne entretient avec d’autres, ses forces, ses faiblesses, son parcours, etc. » (Deschênes et Parent, 2010a, p. 12).