Les répercussions

De façon générale, les répondants ont mentionné avoir noté des répercussions dans les proportions suivantes :

Répercussions pour les enseignants Oui Non
Sur le plan macro
Planification de la session, choix des contenus, organisation du calendrier des leçons, séquence d’apprentissage, modalités d’évaluation des apprentissages, etc.
20 25
Sur le plan micro
Préparation d’une leçon, choix des activités et des projets, prestation d’une leçon, etc.
21 24
Sur le plan des communications
Communications avec les collègues, avec les étudiants ou avec l’administration, échange de ressources avec les collègues ou les étudiants, etc.
23 22

Certains répondants ont noté des répercussions sur plusieurs plans. Parmi ceux qui ont noté des répercussions sur au moins un plan (33 répondants), 29 ont mentionné que les répercussions avaient aussi touchées les étudiants.

La nature des répercussions sur les enseignants

La lecture des exemples fournis par les répondants, qu’il s’agisse des répercussions sur le plan macro, micro ou des communications, permet de préciser la nature de ces répercussions. Rappelons ici que ce sont des perceptions qui ont été recueillies.

Les répercussions sur le plan macro, défini dans le questionnaire comme étant « la planification de la session, le choix des contenus, l’organisation du calendrier des leçons, de la séquence d’apprentissage, le choix des modalités d’évaluation des apprentissages, etc. », se sont révélées de nature pédagogique et disciplinaire.

  • Répercussions sur le plan macro : le volet pédagogique
    Des enseignants ont mentionné qu’ils avaient découvert – et certains les ont intégrées – de nouvelles tendances en pédagogie (la classe inversée et la ludification) et qu’ils avaient recours à différentes stratégies pédagogiques. Certains ont noté qu’ils avaient augmenté leur utilisation des TIC et qu’ils choisissaient de nouveaux outils, ce qui implique la modification des activités (rédaction de nouvelles consignes) et des modalités d’évaluation (choix de critères de correction). Un enseignant a noté qu’il avait eu accès à de nouvelles pistes de recherche sur les TIC en éducation. Un autre enseignant a écrit qu’il avait mieux planifié certains projets, puisque les échanges avec d’autres enseignants avaient porté sur les difficultés qui pouvaient survenir.
  • Répercussions sur le plan macro : le volet disciplinaire
    Les exemples de répercussions sur le volet disciplinaire s’inscrivent pour la plupart dans le fait qu’il est possible de suivre les tendances dans le domaine d’enseignement, ce qui permet de bonifier le contenu des cours pour s’assurer qu’ils sont à jour et qu’ils respectent les bonnes pratiques du domaine. Cela permet aussi de changer la façon dont les enseignants abordent la matière et les liens qu’ils peuvent faire avec le marché de l’emploi ou des sujets d’actualité. Certains ont mentionné que cela leur a permis de planifier des sorties avec les étudiants ou d’arrimer des projets à ceux d’autres enseignants.

Sur le plan micro, défini dans le questionnaire comme étant « la préparation d’une leçon, le choix des activités et des projets, la prestation d’une leçon, etc. », deux volets se dégagent aussi, soit les répercussions en dehors de la classe et celles dans la classe.

  • Répercussions sur le plan micro : en dehors de la classe
    Des enseignants ont indiqué qu’ils avaient bonifié le contenu de leurs cours, notamment pour y intégrer des exemples pertinents et des cas récents dans le domaine d’enseignement. Certains ont revu leurs positions théoriques, renouvelé leur façon de concevoir les travaux d’équipe et noté qu’ils pouvaient assurer un meilleur suivi des étudiants. D’autres y ont vu un gain d’efficacité dans la préparation des leçons (accès à des idées concrètes, à des ressources, à des déclencheurs et à des compléments), l’élaboration du matériel et l’évaluation; d’autres encore ont noté une augmentation de la charge de travail.
  • Répercussions sur le plan micro : dans la classe
    Les décisions prises en dehors de la classe quant à la matière à présenter et aux méthodes à privilégier ont eu une incidence dans la classe. Plusieurs ont noté avoir trouvé des nouvelles idées d’activités pédagogiques ou de nouveaux projets et les avoir intégrés à leurs cours (p. ex., ajout d’évaluations formatives, changement de la quantité d’exercices, ajout de temps de discussion en classe, etc.). D’autres répercussions ont été perçues sur la gestion de classe. En plus d’intégrer de façon plus significative des TIC, un enseignant a indiqué qu’il était en mesure d’adapter les outils choisis en fonction des groupes.

Enfin, sur le plan des communications, défini dans le questionnaire comme étant « les communications avec les collègues, avec les étudiants ou avec l’administration, échange de ressources avec les collègues ou les étudiants, etc. », les répercussions décrites par les répondants se divisaient toujours selon deux volets, soit le partage et les communications.

  • Répercussions sur le plan des communications : le volet partage
    Des enseignants ont écrit qu’ils partagent désormais de façon plus systématique le résultat de leur veille et de leurs découvertes (liens pertinents, ressources intéressantes) avec leurs collègues, qu’il enseignent ou non la même discipline. Ce partage est parfois fait à l’aide du web social (p. ex., sur une page Facebook privée des enseignants d’un département), mais pas dans tous les cas. Des enseignants ont indiqué qu’ils pouvaient désormais consulter le contenu des cours des autres enseignants et les méthodologies utilisées, ce qui permet une constance dans l’approche programme.
  • Répercussions sur le plan des communications : le volet communications
    Plusieurs enseignants ont souligné la nature informelle des communications de même que la modification de la nature des relations. D’autres ont souligné l’instantanéité des réponses et le fait qu’ils sont informés sur ce qui se passe dans leur collège de façon plus rapide depuis qu’ils utilisent les réseaux sociaux.

En somme, les répercussions qu’ont décrites les répondants sont essentiellement positives, à l’exception des exemples, peu nombreux, qui soulignent l’alourdissement de la charge de travail. Il faut toutefois rappeler que les répondants sont des enseignants qui utilisent le web social à des fins professionnelles : il est fort probable qu’un enseignant trouvant que les répercussions sont négatives ait choisi de ne pas utiliser le web social dans le cadre de son développement professionnel et qu’il n’ait pas répondu à ce questionnaire.

La nature des répercussions sur les étudiants

Rappelons d’abord qu’il ne s’agit pas de la perception des étudiants, mais bien de celle qu’ont les enseignants des répercussions possibles sur les étudiants dans le cadre d’activités informelles et non formelles de développement professionnel. Du point de vue de l’expérience d’apprentissage des étudiants, la diversité de la nature des répercussions répertoriées par les enseignants est plus grande et touche cinq thèmes : la diversité des approches pédagogiques, l’accès à des contenus de cours à jour, la cohérence, la motivation et le sentiment d’appartenance.

  • La diversité des approches pédagogiques
    Des enseignants ont écrits que les étudiants appréciaient généralement la diversité des approches et des activités pédagogiques. Les étudiants ont accès à des cours plus participatifs dans lesquels ils travaillent sur des projets. Certains expérimentent la classe inversée et l’apprentissage actif. Un enseignant a souligné que la façon dont apprennent les étudiants change.
  • L’accès à des contenus de cours à jour
    Les étudiants ont accès à de nouvelles avancées dans le domaine, à des exemples actuels, à de nouvelles approches méthodologiques et à des technologies récentes, puisque les enseignants y accèdent eux-mêmes rapidement. Les étudiants bénéficient de cours plus riches en contenu et mieux imagés.
  • La cohérence
    La cohérence dont il est question ici concerne plusieurs sujets : des enseignants ont fait part d’une plus grande cohérence pour les étudiants à l’intérieur du programme, puisque les enseignants comparent, utilisent et partagent le contenu de leurs cours, et qu’ils utilisent les mêmes méthodes d’un cours à l’autre. Cela permet aux étudiants de maximiser le temps de travail. Un enseignant a écrit que ses évaluations étaient plus justes et pertinentes, ce qui assure une plus grande cohérence entre les activités d’apprentissage et les méthodes d’évaluation. D’autres enseignants ont mentionné la cohérence entre le marché du travail et les activités effectuées : les étudiants ont l’occasion de travailler avec des cas réels et des exemples vécus en entreprise. Un enseignant aborde les avantages de la gestion d’un projet par l’intermédiaire d’un groupe Facebook et de l’utilisation de Skype pendant la tenue des réunions d’équipe à distance pour contrer les difficultés liées au travail d’équipe, ce qui peut aussi être expérimenté sur le marché du travail. Enfin, des enseignants ont souligné la cohérence entre la vie des étudiants en dehors de l’école et leur vie à l’école : les étudiants ont la possibilité d’intégrer ce qu’ils ont appris dans leur vie en dehors de l’école et de poursuivre leurs apprentissages en dehors des murs de l’institution, puisqu’ils bénéficient de sources d’informations complémentaires à consulter en dehors de la classe.
  • La motivation
    Des enseignants ont émis l’hypothèse que les étudiants ont été motivés par la nouveauté et l’utilisation en classe d’outils du web social. Un enseignant a souligné que les étudiants semblaient plus enclins à s’informer. Ils étaient aussi plus motivés à lire un article partagé sur la page Facebook qu’un article en format imprimé distribué en classe.
  • Le sentiment d’appartenance
    Des enseignants ont décrit que le fait d’échanger avec les étudiants sur un blogue ou une page Facebook a permis de créer un sentiment d’appartenance au sein du groupe ou du programme (dans un cas, les étudiants des trois cohortes d’un même programme sont membres d’un même groupe).

Il serait intéressant de vérifier auprès des étudiants si ce sont des répercussions qu’ils perçoivent eux-mêmes. Certaines des répercussions seraient sans doute plus difficiles à définir pour eux (p. ex., il pourrait être difficile pour eux de savoir s’il y a une cohérence entre le contenu des cours et le marché du travail), mais ils pourraient assurément se prononcer sur leur motivation, leur sentiment d’appartenance, leur appréciation de la diversité des approches pédagogiques ainsi que sur la cohérence entre les activités d’apprentissage et les activités d’évaluation.