Par catégorie

Numérique

Itéractive était au #WAQ18!

Développement professionnel, Numérique, Visualisation de données Par 13 avril 2018 Aucun commentaire

Un de nos gros coup de coeur au #waq18, c’est la conférence de Alberto Cairo (Knight Chair in Visual Journalism at the School of Communication of the University of Miami). Dans “Visual Trumpery: How to Fight Against Fake Data and Visualizations”, il aborde des questions qui permettent d’identifier des visualisations trompeuses :

  1. Le concepteur utilise-t-il des données appropriées et révèle-t-il leur origine?
  2. Le graphique inclut-il une quantité suffisante de données?
  3. Lisez-vous “trop” dans le graphique? (est-ce qu’on lui fait dire trop de choses)
  4. Les données sont-elles représentées avec précision?
  5. L’incertitude est-elle pertinente? Si oui, est-ce révélé?

Chez Itéractive, on aime les données et on adore leur visualisation. On croit que c’est important de ne pas promouvoir des données et des visualisations qu’on n’a pas évalué en profondeur. On a besoin d’être mieux éduqués sur les données (notamment sur Correlation does not imply causation), et on est d’avis que les questions plus haut devraient être abordées très tôt avec les jeunes. Au delà de la littératie et de la numéracie, un citoyen du 21e siècle doit avoir la capacité de comprendre et présenter l’information sous forme de graphiques, de diagrammes, etc.

Réflexion #1 : Il faut s’intéresser davantage à la graphicacie!

On a aussi assisté à un atelier sur les applications concrètes l’apprentissage automatique avec Guillaume Morissette. Comme c’était un atelier “double”, on a pu voir en détails des notions plus théoriques au départ, puis des notions algorithmiques, dont :

  • la segmentation/classification, pour séparer des données en groupes d’éléments similaires
  • la prédiction, pour estimer la valeur ou la tendance d’une mesure donnée
  • la détection d’anomalies, pour trouver des éléments qui diffèrent significativement des autres
  • les règles d’association, pour trouver des relations entre d’occurrence d’éléments

On a vu des exemples concrets de problèmes d’affaires qui ont été résolus grâce à l’apprentissage profond : optimiser le moment où un commerçant renouvelle son stock, maximiser les ventes en augmentant les ventes connexes, etc. On a profité de l’expertise du conférencier pour discuter de la suite de Fovéa, et bonne nouvelle :

Réflexion #2 : On est sur la bonne voie avec la règle d’association dans une optique de système de recommandation!

Ça a donc été une semaine numérique sous le signe de l’intelligence artificielle. Denis Boudreau a présenté l’enjeu d’accessibilité dans le contexte où l’interaction est appelée à changer avec toutes les avancées de l’IA, tout en étant critique face à la situation. Chose certaine, dans un contexte où Bengio mentionnait que les ordinateurs étaient maintenant capables de créativité, et que Boudreau a rappelé qu’en 2016, l’ordinateur a utilisé pour la première fois quelque chose qui ressemble à l’intuition humaine, que les ordinateurs apprennent à lire sur les lèvres…

Réflexion #3 : Il est grand temps que soit démocratisée l’intelligence artificielle en éducation (et d’étudier en profondeur la question éthique)!

Entendu au #waq18

« Il faut risquer en s’appuyant sur les forces du milieu » – Catherine Légaré (Académos)

« Aux jeunes, on vend les fonctionnalités, aux intervenants dans les écoles, on vend les problèmes qu’on va régler » – Catherine Légaré (Académos)

« Data vizualisation is about clarification, not simplification » – Alberto Cairo

On termine en félicitant toute l’équipe du WAQ18! Pour avoir été impliquées dans le comité de la programmation du premier WAQ, on sait ce que ça représente et on vous remercie pour cette super occasion d’apprentissage, de développement professionnel et de réseautage!

Partager :

Itéractive était au premier Rendez-vous IA Québec!

Numérique, Visualisation de données Par 12 avril 2018 1 commentaire

Le premier Rendez-vous IA Québec, tenu le 9 avril 2018, s’est amorcé avec trois allocutions : Sophie D’Amour annonce le lancement de la maitrise en intelligence artificielle à l’Université Laval, qui portera entre autres sur l’apprentissage machine, la science des données, la robotique, la vision artificielle. Une approche multidisciplinaire, qui a trouvé écho chez Rudy Demotte (Ministre-président, Wallonie-Bruxelles), qui propose de voir l’intelligence artificielle dans une approche holistique plutôt qu’une approche segmentée et technicisante. Du côté du ministre québécois de l’Éducation, Sébastien Proulx, nous avons été ravies d’entendre parler de littératie numérique et d’utilisation éthique des TIC, évidemment. Mais nous avons aussi été ravies de l’entendre parler du numérique pour personnaliser l’enseignement (auquel nous ajoutons évidemment « et l’apprentissage » 😉 ). Nous travaillons en ce sens, personnaliser et surtout améliorer l’expérience d’apprentissage des étudiants et des enseignants en contexte de développement professionnel.

Les présentations se sont amorcées « Intelligence artificielle et apprentissage de représentations profondes » de Yoshua Bengio, pionnier de l’apprentissage profond et Directeur de l’institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA). Si la conférence était un peu plus technique que celle présentée au Musée de la civilisation quelques jours plus tôt, elle permettait de bien comprendre les principes de l’intelligence artificielle, de l’apprentissage automatique (machine learning) et d’apprentissage profond. Des  approches qui visent à montrer à l’ordinateur ce que l’humain sait, l’apprentissage profond vise quand à lui d’apprendre à l’ordinateur comment apprendre.

On entend souvent parler des progrès en matière d’intelligence artificielle. Une des plus belles avancées est la capacité de l’ordinateur à être créatif. Pour y arriver, l’ordinateur utilise deux réseaux de neurones : le premier, le générateur, qui essaie de générer des images fausses qu’il est impossible de distinguer des vraies, et le deuxième, le classificateur, qui joue le rôle de la police en essayant de repérer les fausses. En entrainant les réseaux, on obtient des images entièrement créées par des ordinateurs qu’il est impossible de distinguer des vraies!

Bengio propose un bel équilibre entre les progrès et les défis, principalement en ce qui concerne l’enjeu éthique. Il a d’ailleurs signé la déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle, dont les 7 principes sont le bienêtre, l’autonomie, la justice, la vie privée, la connaissance, la démocratie et la responsabilité. Sa crainte est n’est pas que l’ordinateur se retourne contre l’humain, c’est plutôt l’utilisation que pourraient en faire les humains. Les données sont un reflet de nos comportements (elles sont discriminatoires, elles représentent plus les hommes que les femmes, etc.) et l’intelligence artificielle augmentera les inégalités.

Du reste de la journée, nous retenons ce qui suit : « en éducation, le goulot d’étranglement, c’est les données » (Yoshua Bengio) et « on a la mauvaise habitude d’effacer les données, il faut arrêter de les effacer»  (François Laviolette). On retient que l’éducation n’apparait pas dans le portrait de l’écosystème IA à Québec dressé par Christian Gagné (Université Laval) et Alexandra Masson (Québec International).

Avec Fovéa et les développements qui s’en viennent, Itéractive participera à améliorer la situation!

Partager :

Quelques ressources pour les enseignants! #rentrée2016

Éducation, Numérique Par 29 août 2016 Aucun commentaire

Vous êtes enseignant au collégial et avez envie de faire travailler vos étudiants sur un blogue ou un wiki? Vous devez lire cet article sur L’Espace web de Profweb, un espace d’hébergement de site web pédagogique gratuit!

Pour faciliter votre travail (on sait ce que c’est!), Itéractive vous propose des ressources et des outils :

 

Bonne rentrée et au plaisir de vous voir partager vos projets!

Partager :

Des outils pour gérer son identité numérique

Éducation, Numérique Par 4 avril 2016 1 commentaire

Être présent sur le web implique des conséquences : la reproductibilité, l’accessibilité et la durabilité. Pour faciliter la gestion de son identité numérique, nous vous proposons quelques outils :

  • Nothing to Hide vous demandera de vous connecter à différents sites de réseautage social auquel vous êtes inscrits. Après avoir balayé vos publications, l’outil vous posera quelques questions qui vous permettront de réfléchir à votre identité numérique. Au terme de la démarche, des actions concrètes vous seront présentées.
  • Traque interdite est une série documentaire de 7 épisodes. La série, version francophone de Do Not Track, est entre autres consacrée à la vie privée.
  • HabiloMedias, le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique, offre des ressources pour permettre aux jeunes de développer une pensée critique.
Partager :