Le développement professionnel des enseignants représente un enjeu important en éducation, notamment au collégial où, contrairement aux enseignants des ordres primaire et secondaire, les enseignants ne sont pas tenus de détenir une formation initiale en pédagogie. Leur formation initiale est essentiellement d’ordre disciplinaire (St-Pierre et Lison, 2009), comme le prévoient les conditions minimales d’embauche, et ce, malgré les recommandations du Conseil supérieur de l’éducation (1997). Le Conseil mentionne à ce sujet que « c’est en cours d’emploi que la qualification propre à l’enseignement se développe, moyennant que l’on y consente et que l’on bénéficie de ressources adéquates » (p. 57). Les enseignants du collégial doivent donc conjuguer avec le perfectionnement disciplinaire et le développement des compétences pédagogiques et technologique.

En 2000, le Conseil ajoute :

« Dans le but d’optimiser les ressources existantes, une certaine concertation des différents acteurs, autant pour la définition des besoins que pour l’offre de services, serait fortement souhaitable. En outre, conçu de manière à faire appel à des voies diversifiées, le perfectionnement devrait emprunter une pluralité de moyens n’accordant pas la priorité, et encore moins l’exclusivité, à la formation en milieu universitaire » (p. 64).

En partie en réponse à cet élément de recommandation, je vise à créer, dans le cadre de mon projet doctoral, pour les enseignants du collégial, une plateforme numérique de support à l’agentivité individuelle et collective de leur développement professionnel. L’objectif général de ce projet est de faciliter la prise en charge du développement professionnel par les enseignants du collégial avec l’apport du numérique. Six catégories d’action en lien avec les sous-objectifs suivants en ressortent, toutes rattachées au concept d’apprentissage autodirigé auquel sont ajoutées une dimension sociale et une dimension de valorisation du développement professionnel. Les fonctionnalités d’une telle plateforme suggèreront aux enseignants de :

  1. poser un diagnostic de leurs compétences et de leurs besoins de perfectionnement,
  2. formuler des objectifs de perfectionnement,
  3. accéder aux moyens les plus appropriés pour atteindre ces objectifs,
  4. réaliser le processus réflexif nécessaire afin d’investir leurs apprentissages dans leur pratique professionnelle,
  5. faire reconnaitre dans leur milieu leur expertise de même que les apprentissages qu’ils réalisent au cours de leur carrière et enfin,
  6. entrer en communication avec d’autres enseignants partageant les mêmes intérêts en utilisant les outils qu’ils utilisent déjà, puisque « le meilleur outil est celui que l’on utilise tous les jours, celui qui se fait oublier » (Usé, 2002, p. 8).

Le projet s’inscrit à l’intersection des concepts de développement professionnel, d’agentivité et du numérique : comment le numérique peut-il supporter la prise de décision éclairée, dans l’atteinte de buts d’apprentissage, pour assurer son propre développement professionnel. En d’autres mots, c’est la prise en charge du développement professionnel par les enseignants, supportés par le numérique.

La prise en charge du développement professionnel par les enseignants, supportés par le numérique.

La prise en charge du développement professionnel par les enseignants, supportés par le numérique.

Plus spécifiquement, ma démarche de recherche sera de concevoir, d’implanter et d’évaluer, de manière collaborative et itérative, un tableau de bord convivial permettant aux enseignants de suivre aisément l’évolution de leurs apprentissages, d’exposer leur expertise et de se construire un réseau à des fins de développement professionnel. Dans un souci de communiquer clairement l’information aux utilisateurs, les principes de visualisation de données (Hansen et Johnson, 2005 ; Tufte, 2001; Ware, 2004) seront utilisés pour permettre aux enseignants de dresser un portrait de leurs forces et de prioriser leurs besoins de perfectionnement.

Partager :