Dans le cadre de mon projet de recherche, j’ai beaucoup lu sur les communautés et j’ai regroupé les définitions des différents auteurs. Je les place ici et vous invite à les commenter!

Communauté d’intérêt

La communauté d’intérêt est un regroupement d’individus autour d’un sujet commun dans lequel est réalisé un échange d’informations menant à la construction de connaissances en vue d’un usage individuel (Daele et Charlier, 2006). Ce type de communautés est caractérisé par l’accès, la consultation et le retrait de l’information, l’engagement individuel, l’absence de processus de résolution de problème collectif, la participation, l’échange, l’interaction, la communication limitée, etc. (Gagnon, 2003). Les objectifs poursuivis ne sont pas de nature collective (Nault, 2005) et il n’y a pas de but commun d’apprentissage (Campos et Laferrière, 2002).

Communauté d’élaboration des connaissances (ou d’intérêt finalisé)

Les membres d’une communauté d’élaboration des connaissances se penchent sur une question ou un problème qu’ils examinent sous différentes perspectives et différents points de vue (Laferrière, 2005). Cela correspond à la définition de Daele et Charler (2006) pour le terme « communauté d’intérêt finalisé » : la communauté est créée en vue de réaliser un mandat précis, les participants mettent en commun les perspectives diverses et produisent des objets répondant au mandat dans le but de construire des connaissances pour un usage collectif. Aussi appelée communauté d’intérêt intelligente par Fischer (2001).

Communauté d’apprentissage (apprenante, d’apprenants)

Une communauté d’apprentissage est « une communauté où se manifeste une culture d’apprentissage dans laquelle tous sont impliqués dans un effort collectif de compréhension » (Bielaczyc et Collins, 1999). Il s’agit « d’un groupe d’élèves et au moins un éducateur ou une éducatrice, animés par une vision et une volonté communes, et qui poursuivent ensemble la maitrise de connaissances, d’habiletés ou d’attitudes » (Grégoire et Laferrière, 1998; Laferrière, 2000). Laferrière (2005) ajoute que le contexte est habituellement assez formel. La communauté apprenante est quant à elle « un groupe de personnes qui apprennent ensemble en organisant leur apprentissage autour de l’action, de la réflexion et de la collaboration » (Uwamariya et Mukamurera, 2005). Enfin, une communauté d’apprenants est issue d’une activité pédagogique proposée par l’enseignant et dans laquelle les membres participent à la réalisation d’un projet collectif. La communauté construit des connaissances par la réalisation d’activités dans un contexte social (Daele et Charlier, 2006). Elle vise à préparer les étudiants à s’intégrer dans des communautés de pratique une fois leurs études terminées (Nault, 2005).

Communauté de pratique 

Il s’agit d’un groupe d’individus partageant un intérêt, un ensemble de problèmes, une passion pour un sujet donné et qui approfondit ses connaissances dans ce champ d’expertise en agissant les uns sur les autres sur une base continue (Wenger, McDermott et Snyder, 2002), tout en étant indépendants d’une structure hiérarchique rigide (Gagnon, 2003). Les praticiens se regroupent dans le but de partager, de réfléchir et de s’entraider afin de trouver des pistes de solution à des problèmes liés à leur pratique professionnelle, définie par Charlier (2010) comme étant « constituée de représentations, de théories personnelles, de règles, de comportements, de savoir, d’émotions, de connaissances, de routines mais aussi d’objets ». Wenger (2005) définit trois dimensions fondamentales d’une communauté de pratique : l’engagement mutuel (rapport d’entraide) des participants, l’entreprise commune (pratique que les participants de la communauté partagent et définition commune des objectifs conceptuels) et le répertoire partagé de ressources (langage spécialisé de la communauté, ses politiques, codes, procédures, etc.). Allaire (2006) soutient que la théorie des communautés de pratique de Wenger peut « apporter un éclairage au sujet des apprentissages qui résident dans les échanges formels mais surtout informels entre les personnes qui prennent part à une pratique commune ».

Communauté d’apprentissage professionnelle

Ce type de communauté est spécifique au domaine de l’éducation (Labonté Hubert, 2013) et ancré dans la mission et la réalité de l’école (Hamel, 2003). La communauté d’apprentissage professionnelle est un concept qui « situe le développement professionnel des enseignants dans la dynamique de fonctionnement de l’école et l’inscrit dans un processus d’amélioration de la pratique du personnel enseignant (apprentissage non formel) » (Laferrière, 2005). Elle vise l’amélioration continue des pratiques d’enseignement en impliquant le personnel dans des activités de collaboration au niveau de l’école (Hord, 1997). Les membres de la communauté « bénéficient des échanges et des réflexions qu’ils entretiennent avec leurs homologues en s’inspirant de ce qu’ils accomplissent au quotidien » (Allaire, 2006). Les participants échangent des opinions et leurs savoirs respectifs et sont constamment en situation d’apprentissage (Leclerc, Moreau et Clément, 2011).

 

Cet article a d’abord été publié dans le blogue personnel de Michelle Deschênes.

Partager :