En janvier dernier, j’ai rencontré Danis Michaud, une enseignante de sciences et mathématiques de troisième cycle du primaire au Nouveau-Brunswick. Passionnée, elle expliquait comment, en quelques mois au début de l’année, elle voyait la matière en relation avec des outils de présentations imposés : un rapport de laboratoire présenté avec un traitement de texte, une recherche diffusée dans un site Internet ou une présentation appuyée un diaporama. Après quelques mois, lorsque les élèves avaient fait le tour des outils de présentation, elle leur demandait de leur présenter un rapport de laboratoire selon l’outil que les élèves jugeaient le plus à propos. Elle corrige donc des rapports de laboratoire qui, selon les élèves qui l’ont produits, sont présentés sous forme de page web, de document Word ou de diaporama. Le contenu disciplinaire évalué est le même pour tous les types productions.

Dans un article d’Education Week, Student Choice: An Important Step for Meaningful Technology Integration, prône aussi cette façon de faire : utiliser la technologie d’une façon plus significative plutôt que d’essayer la dernière technologie à la mode.

Donner aux élèves la possibilité de choisir la technologie à utiliser permet à l’enseignant de rester en territoire connu, et encourage l’enseignant à examiner attentivement l’objectif de l’activité. Parce que pour donner le choix, on doit adapter la façon dont l’activité est conçue et mise en œuvre. Tout d’abord, l’activité devrait ressembler à ceci :
1) Rechercher un sujet
2) Utiliser Word, PowerPoint ou Publisher pour démontrer ce que vous avez appris
3) Soumettre le travail

Lorsque l’activité permet à l’étudiant de choisir son sujet et son support, l’activité devient beaucoup plus significative pour l’enseignant et l’élève. Les élèves réfléchissent aux outils qui répondent le mieux aux buts de l’activité. Les enseignants y gagnent aussi, puisqu’ils créent une activité plus motivante qui incorpore la technologie tout en restant avec des outils qui leur sont familiers. L’enseignant peut se voir motivé par le fait que chaque étudiant produira un travail différent, dans le cadre des objectifs d’apprentissage définis au départ… plus motivant qu’un projet où tous les étudiants remettent le même produit avec les mêmes informations présentées de façon presque identique!

Cet article a d’abord été publié dans un blogue pédagogique dédié à l’intégration des technologies au Cégep Limoilou.

Partager :