Itéractive était au #WAQ18!

Développement professionnel, Numérique, Visualisation de données Par 13 avril 2018 Aucun commentaire

Un de nos gros coup de coeur au #waq18, c’est la conférence de Alberto Cairo (Knight Chair in Visual Journalism at the School of Communication of the University of Miami). Dans “Visual Trumpery: How to Fight Against Fake Data and Visualizations”, il aborde des questions qui permettent d’identifier des visualisations trompeuses :

  1. Le concepteur utilise-t-il des données appropriées et révèle-t-il leur origine?
  2. Le graphique inclut-il une quantité suffisante de données?
  3. Lisez-vous “trop” dans le graphique? (est-ce qu’on lui fait dire trop de choses)
  4. Les données sont-elles représentées avec précision?
  5. L’incertitude est-elle pertinente? Si oui, est-ce révélé?

Chez Itéractive, on aime les données et on adore leur visualisation. On croit que c’est important de ne pas promouvoir des données et des visualisations qu’on n’a pas évalué en profondeur. On a besoin d’être mieux éduqués sur les données (notamment sur Correlation does not imply causation), et on est d’avis que les questions plus haut devraient être abordées très tôt avec les jeunes. Au delà de la littératie et de la numéracie, un citoyen du 21e siècle doit avoir la capacité de comprendre et présenter l’information sous forme de graphiques, de diagrammes, etc.

Réflexion #1 : Il faut s’intéresser davantage à la graphicacie!

On a aussi assisté à un atelier sur les applications concrètes l’apprentissage automatique avec Guillaume Morissette. Comme c’était un atelier “double”, on a pu voir en détails des notions plus théoriques au départ, puis des notions algorithmiques, dont :

  • la segmentation/classification, pour séparer des données en groupes d’éléments similaires
  • la prédiction, pour estimer la valeur ou la tendance d’une mesure donnée
  • la détection d’anomalies, pour trouver des éléments qui diffèrent significativement des autres
  • les règles d’association, pour trouver des relations entre d’occurrence d’éléments

On a vu des exemples concrets de problèmes d’affaires qui ont été résolus grâce à l’apprentissage profond : optimiser le moment où un commerçant renouvelle son stock, maximiser les ventes en augmentant les ventes connexes, etc. On a profité de l’expertise du conférencier pour discuter de la suite de Fovéa, et bonne nouvelle :

Réflexion #2 : On est sur la bonne voie avec la règle d’association dans une optique de système de recommandation!

Ça a donc été une semaine numérique sous le signe de l’intelligence artificielle. Denis Boudreau a présenté l’enjeu d’accessibilité dans le contexte où l’interaction est appelée à changer avec toutes les avancées de l’IA, tout en étant critique face à la situation. Chose certaine, dans un contexte où Bengio mentionnait que les ordinateurs étaient maintenant capables de créativité, et que Boudreau a rappelé qu’en 2016, l’ordinateur a utilisé pour la première fois quelque chose qui ressemble à l’intuition humaine, que les ordinateurs apprennent à lire sur les lèvres…

Réflexion #3 : Il est grand temps que soit démocratisée l’intelligence artificielle en éducation (et d’étudier en profondeur la question éthique)!

Entendu au #waq18

« Il faut risquer en s’appuyant sur les forces du milieu » – Catherine Légaré (Académos)

« Aux jeunes, on vend les fonctionnalités, aux intervenants dans les écoles, on vend les problèmes qu’on va régler » – Catherine Légaré (Académos)

« Data vizualisation is about clarification, not simplification » – Alberto Cairo

On termine en félicitant toute l’équipe du WAQ18! Pour avoir été impliquées dans le comité de la programmation du premier WAQ, on sait ce que ça représente et on vous remercie pour cette super occasion d’apprentissage, de développement professionnel et de réseautage!

Partager :

Itéractive était au premier Rendez-vous IA Québec!

Numérique, Visualisation de données Par 12 avril 2018 1 commentaire

Le premier Rendez-vous IA Québec, tenu le 9 avril 2018, s’est amorcé avec trois allocutions : Sophie D’Amour annonce le lancement de la maitrise en intelligence artificielle à l’Université Laval, qui portera entre autres sur l’apprentissage machine, la science des données, la robotique, la vision artificielle. Une approche multidisciplinaire, qui a trouvé écho chez Rudy Demotte (Ministre-président, Wallonie-Bruxelles), qui propose de voir l’intelligence artificielle dans une approche holistique plutôt qu’une approche segmentée et technicisante. Du côté du ministre québécois de l’Éducation, Sébastien Proulx, nous avons été ravies d’entendre parler de littératie numérique et d’utilisation éthique des TIC, évidemment. Mais nous avons aussi été ravies de l’entendre parler du numérique pour personnaliser l’enseignement (auquel nous ajoutons évidemment « et l’apprentissage » 😉 ). Nous travaillons en ce sens, personnaliser et surtout améliorer l’expérience d’apprentissage des étudiants et des enseignants en contexte de développement professionnel.

Les présentations se sont amorcées « Intelligence artificielle et apprentissage de représentations profondes » de Yoshua Bengio, pionnier de l’apprentissage profond et Directeur de l’institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA). Si la conférence était un peu plus technique que celle présentée au Musée de la civilisation quelques jours plus tôt, elle permettait de bien comprendre les principes de l’intelligence artificielle, de l’apprentissage automatique (machine learning) et d’apprentissage profond. Des  approches qui visent à montrer à l’ordinateur ce que l’humain sait, l’apprentissage profond vise quand à lui d’apprendre à l’ordinateur comment apprendre.

On entend souvent parler des progrès en matière d’intelligence artificielle. Une des plus belles avancées est la capacité de l’ordinateur à être créatif. Pour y arriver, l’ordinateur utilise deux réseaux de neurones : le premier, le générateur, qui essaie de générer des images fausses qu’il est impossible de distinguer des vraies, et le deuxième, le classificateur, qui joue le rôle de la police en essayant de repérer les fausses. En entrainant les réseaux, on obtient des images entièrement créées par des ordinateurs qu’il est impossible de distinguer des vraies!

Bengio propose un bel équilibre entre les progrès et les défis, principalement en ce qui concerne l’enjeu éthique. Il a d’ailleurs signé la déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle, dont les 7 principes sont le bienêtre, l’autonomie, la justice, la vie privée, la connaissance, la démocratie et la responsabilité. Sa crainte est n’est pas que l’ordinateur se retourne contre l’humain, c’est plutôt l’utilisation que pourraient en faire les humains. Les données sont un reflet de nos comportements (elles sont discriminatoires, elles représentent plus les hommes que les femmes, etc.) et l’intelligence artificielle augmentera les inégalités.

Du reste de la journée, nous retenons ce qui suit : « en éducation, le goulot d’étranglement, c’est les données » (Yoshua Bengio) et « on a la mauvaise habitude d’effacer les données, il faut arrêter de les effacer»  (François Laviolette). On retient que l’éducation n’apparait pas dans le portrait de l’écosystème IA à Québec dressé par Christian Gagné (Université Laval) et Alexandra Masson (Québec International).

Avec Fovéa et les développements qui s’en viennent, Itéractive participera à améliorer la situation!

Partager :

Retour sur notre expérience au Coopérathon 2017!

Éducation, Visualisation de données Par 6 novembre 2017 2 Commentaires

Durant le mois d’octobre 2017, Séverine et moi avons participé au Coopérathon. Durant 25 jours, nous avons travaillé à produire un prototype pour répondre au problème suivant : les enseignants n’ont pas accès à toutes les données leur permettant de faire les meilleures interventions, aux meilleurs moments.

Avec Émilie Dubois et Jean Desjardins, Séverine et moi avons :

  • cerné la problématique
  • validé nos hypothèses auprès d’enseignants
  • produit un premier prototype
  • mis à l’épreuve le prototype avec des conseillers pédagogiques, des enseignants et des étudiants
  • développé un prototype fonctionnel
  • présenté le prototype dans une formule « 2 minutes de pitch, 2 minutes de questions du jury »

Nous avons en tête depuis plusieurs années un tableau de bord de la réussite, destiné aux étudiants, aux enseignants et aux autres intervenants pédagogiques. Le Coopérathon a été le déclencheur : nous avons enfin commencé le développement! Nous avons donc un prototype fonctionnel dans lequel :

  • l’enseignant s’inscrit, ajoute des groupes et leur assigne des questionnaires basés sur un thème pour lequel il souhaite en savoir davantage
  • l’étudiant reçoit des notifications à la fin d’un cours pour lui demander de répondre à une ou deux questions
  • l’enseignant consulte les résultats du groupe et de chacun des étudiants

Pour plus d’informations sur ce que nous avons développé, c’est ici : FOVEA donne une voix aux étudiants!

Il nous reste encore bien du boulot à faire avant d’arriver au tableau de bord de la réussite que nous avons en tête, mais nous sommes ravies de voir comment nous avons évolué dans les 25 dernières journées. On a eu droit à des conseils de différents intervenants, et on remercie particulièrement Éric Letarte pour ces excellents conseils!

Et en bonus, nous avons remporté le prix « Coup de coeur du public » lors des pitchs!

fovea1 fovea2 fovea3

Partager :

Deux nouveaux articles scientifiques!

Agentivité, Communication, Développement professionnel, Engagement Par 30 septembre 2017 Aucun commentaire

Nous avons publié deux articles dans la Revue canadienne des jeunes chercheures et chercheurs en éducation (Canadian Journal for New Scholars in Education) !

  • Parent, S. (2017). Perception des étudiants et des enseignants quant à l’aspect novateur du numérique dans un cours d’introduction au collégial. Canadian Journal for New Scholars in Education / Revue canadienne des jeunes chercheures et chercheurs en éducation, 8(2), 30-39. Repéré à https://journalhosting.ucalgary.ca/index.php/cjnse/article/viewFile/42917/pdf
  • Deschênes, M. (2017). Développement professionnel des enseignants: regards croisés des enseignants du collégial privé et de leur direction sur les besoins et l’offre de perfectionnement. Canadian Journal for New Scholars in Education / Revue canadienne des jeunes chercheures et chercheurs en éducation, 8(2), 20-29. Repéré à https://journalhosting.ucalgary.ca/index.php/cjnse/article/viewFile/42931/pdf

Bonne lecture!

Partager :

Itéractive participe au débat du scientifique en chef!

Communication Par 2 juillet 2017 Aucun commentaire

Chaque trois ans, les Fonds de recherche du Québec doivent renouveler leur plan stratégique. Cette année, l’équipe de Remi Quirion, le scientifique en chef du Québec, a proposé une consultation afin d’entendre ce que la population québécoise avait à proposer en matière de recherche concernant :

  • Le développement durable et les changements climatiques
  • Les changements démographiques et le vieillissement de la population
  • La science pour tous
  • L’entrepreneuriat et la créativité
  • Promotion des carrières en recherche auprès des jeunes

Sur le site Touspourlarecherche.com, il était possible de soumettre une proposition, ainsi que d’appuyer ou pas une proposition. Plusieurs propositions ont attiré notre attention :
Enjeu de transfert

Démocratiser la recherche, revoir les façons de créer le savoir

Formation des jeunes

Entreprenariat

Données ouvertes et big data

La recherche au collégial : technologique et sociale

Le 26 juin 2017, nous avons été invités à participer au débat en présence du scientifique en chef du Québec. Séverine y a fait de belles rencontres, dont :

  • Élise Labonté-Lemoyne, chercheuse postdoctorale en TI à HEC Montréal et administratrice au C.A. de Thèsez-vous, qui a résumé les échanges du débat en proposant de favoriser les rencontres : favoriser les recherches collaboratives, soutenir les rencontres entre chercheurs et le public (nous soulignons au passage notre engouement pour une pinte de science) et les rencontres entre les élèves et le monde entrepreneurial et le monde de la recherche.
  • France Légaré, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la décision partagée et l’application des connaissances, dont les intérêts de recherche en médecine nous rejoignent en éducation : prise de décision partagée, application des connaissances, synthèses de connaissances, outils d’aide à la décision, pratique médicale fondée sur les données probantes, soins centrés sur les patients et approches dyadiques.
  • Carol Cotton, directeur général du Technocentre qui soutient et fait la promotion des entreprises du secteur des technologies de l’information et des communications de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine par le développement de l’économie numérique – le pendant gaspésien de Québec numérique en quelque sorte.

Les résultats de la démarche seront présentés aux conseils d’administration des trois Fonds de recherche en septembre 2017 et, d’ici janvier 2018, un bilan sera disponible afin de connaitre les propositions qui auront été intégrées à la planification stratégique des Fonds de recherche du Québec.

Partager :